Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 12:59

« Ce qui est certain c'est qu'avec Nicolas Sarkozy,

on ne connaissait pas la société Pygmalion »

 

Brice HORTEFEUX (1958) – Homme politique et big magouille

 

C’est une affaire de gros sous. L’affaire Bygmalion est un de ces faits politiques dont on croyait ne plus jamais avoir à entendre depuis les lois sur le financement des campagnes. Et pourtant… En passant aux aveux en larmes sur le plateau de BFM TV, Jérôme Lavrilleux a bien accrédité les rumeurs qui circulaient sur d’éventuelles fausses factures de la société Bygmalion à destination de l’UMP. Le bras droit de Jean-François Copé confirme là les accusations de l’avocat de l’agence de com.

La menace flottait déjà depuis février, et cette une du Point accusant le président de l’UMP d’avoir « volé » Nicolas Sarkozy. À la base, on soupçonne le maire de Meaux d’avoir fait payer par le parti des fausses factures afin de se constituer un trésor de guerre en vue d’une future campagne. Or il apparait que ces factures masquent en fait un dépassement de 20 millions d’euros des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Une double comptabilité, un classique de la fraude comptable.

 

En rendant public ce scandale, les adversaires de Jean-François Copé n’ont pas fait que prendre leur revanche sur celui dont ils ont finalement fini par avoir la tête. Il a démissionné et des élections auront bientôt lieu pour élire un nouveau président. Ils ont aussi jeté une pierre dans le jardin de Nicolas Sarkozy, dont le peu de talent gestionnaire et la folie des grandeurs sont maintenant révélés sur la place publique. On se doutait que sa campagne avait coûté cher. Mais franchement pas à ce point.

L’affaire Big millions, c’est l’histoire d’un candidat et de ses directeurs de campagne qui ont cru échapper au gendarme en cachant des dépenses derrière des écritures comptables. Et non un détournement de fonds comme le croient et le croiront les français, encore marqués par la campagne du Sarkothon qu’ils ont payée à 66,6 %. Ce qui est sûr, c’est que Jean-François Copé est dégommé. Il incarnait pourtant bien la droite décomplexée, même si son impopularité n’en fit pas un présidentiable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne