Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 09:04

« Celui qui ne voit l‘Afrique qu’une seule fois dans sa vie mourra borgne »

 

Yasmina KHADRA (1955) – Écrivain algérien et saint d’Afrique

 

Ça bouge en Afrique ! Le pouvoir de Blaise Compaoré, président du Burkina Faso depuis 27 ans, a été renversé en un jour par la révolte populaire. Il a été remplacé par le colonel Isaac Zida, comme si l’armée était condamnée à garder le monopole du gouvernement en Afrique. Le pays devrait rester instable un petit moment. Peut-être qu’une intervention de la France sera nécessaire. Elle en a pris l’habitude.

 

La France s’est replacée dans la course au leadership du continent avec ses récentes opérations au Mali et en Centrafrique. La thèse officielle est que ces États instables ont besoin d’aide. On serait rassuré d’apprendre qu’il s’agit en fait de défendre nos intérêts économiques, notamment notre approvisionnement en matières premières comme l’uranium pour le nucléaire et Areva. La France a trop longtemps renoncé à la Realpolitik, préférant les bons sentiments voire le renoncement à ses intérêts.

Longtemps la Françafrique a été un gros mot. Un symbole de corruption et de l’argent illégal qui finançait en secret nos campagnes politiques, à l’image des valises de Robert Bourgi livrées par Omar Bongo à Jacques Chirac ou des liasses présumées de Mouammar Kadhafi prétendument remises à Nicolas Sarkozy. Il ne fallait donc plus toucher à l’Afrique, quitte à laisser la Chine s’y installer à notre place alors que la France avait toujours été la puissance dominante sur le continent noir.

 

Mais sous le prétexte de la guerre contre le terrorisme du Djihad et avec l’excuse d’une intervention concertée avec les forces africaines de la CDEAO, la France a pu de nouveau y mettre les pieds et utiliser efficacement son armée. La dernière fois qu’elle était intervenue, c’était en Côte d’Ivoire en 2005. Depuis la France oubliait que c’est en étant plus grande qu’elle qu’elle est la France, intervention en Libye omise.

 

Après la guerre, le développement ?

 

La stratégie de la francophonie pour garder la main sur nos anciennes colonies a échoué. Puissance moyenne petite qui joue encore les gros bras, la France devait reprendre les armes pour continuer à jouer un rôle en Afrique. Le clientélisme et le copinage qui ont cours entre notre pays et cet empire reconstitué ont des relents néocoloniaux aux yeux des populations livrées à la misère. Il faudra donc trouver une suite aux opérations militaires pour que notre retour ne soit pas annihilé.

 

Pour éviter des révoltes contre les fidèles dirigeants placés par la France, notre pays devra consentir à une vraie politique de co-développement avec les pays d’Afrique, qui ne semble pas de mise vues nos propres difficultés dues à la crise mais que l’afflux d’immigration provenant du Maghreb et d’Afrique noire a toujours justifié. Le temps que cette approche très théorique trouve des financements et des apôtres, la France fait donc la guerre pour garantir une stabilité dans ses arrière-cours.

 

Avec peu de moyens il est vrai, 4500 hommes au Mali et 1600 en Centrafrique avec un budget de la défense qui dégringole chaque année. Il faut pourtant se donner les moyens de nos ambitions, d’autant plus que le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian craint que ces conflits ne durent des années. Et se multiplient, tant la théorie des dominos est transposable à toutes les contrées comme l’est l’afghanisation, cette guérilla urbaine qui devient un bourbier où on s’enfonce. Isabelle ne répond plus.

 

Or la résilience de l’opinion publique française a des limites. Elle aime bien quand son pays fait la guerre, à condition que cela ne fasse pas de morts chez ses soldats. La mort d’un des leurs la semaine dernière au Mali participe à la démoralisation des troupes, paradoxe plus forte à l’arrière qu’au front. Comme si les marchands de canon se décourageaient plus vite que les poilus envoyés au front en 1914.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne