Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 09:40

« Un mensonge en entraine un autre »

 

TÉRENCE (190 av. JC - 156 av. JC) – Poète latin et menteur fieffé

 

Comme quoi, il n’y a pas que Jean-Pierre Jouyet qui fait des gaffes. Le ministre du budget Christian Eckert aussi. Il y a deux semaines, François Hollande promettait qu’il n’augmenterait pas les impôts après 2015 lors de sa bien inutile émission pour son mi-mandat. Une annonce bien périlleuse, tant le président s’est évertué à faire le contraire depuis le début de son quinquennat donnant même naissance au terme de « ras-le-bol fiscal » et aux jacqueries en tous genres des pigeons ou des poussins.

 

Une promesse en vérité bien difficile à tenir, comme l’a rappelé non sans raison le pauvre Christian Eckert. L’incertitude sur l’évolution de la situation économique d’ici 2017 rend en effet hasardeux tout pronostic sur les orientations futures des finances publiques. La gauche a déjà beaucoup augmenté les impôts, mais rien ne dit qu’elle ne le fera plus tant une stagnation de la récession en Europe mettrait en danger notre situation budgétaire et les taux d’intérêts de la France en l’absence de toute baisse réelle et sérieuse des dépenses. C’était donc du bon sens que de le dire.

Et pourtant… Le ministre du budget s’est immédiatement fait rabrouer. On ne va pas à l’encontre de la parole présidentielle, même si l’amateurisme généralisé dans la gestion de la communication gouvernementale rend plus que fréquent ces couacs qui n’amusent que les éditorialistes. Christian Eckert a donc été sommé de revenir sur ses déclarations. Le matin il disait qu’une hausse de la fiscalité ne pouvait être écartée. Le soir il parlait à l’inverse d’une baisse à venir des impôts. Le grand Eckert.

 

Ce n’est pas la première fois qu’un ministre doit retourner casaque après s’être trop avancé. Ségolène Royal qui annonce la suppression de l’écotaxe dès sa nomination alors qu’aucun arbitrage n’a été rendu par François Hollande. François Rebsamen qui dit vouloir renforcer le contrôle des chômeurs alors que le président y est tout à fait opposé. Jean-Pierre Jouyet qui dément ses propos sur François Fillon avant de les reconfirmer. Le problème est que ces ratés deviennent beaucoup trop fréquents.

 

La culture du non-choix

 

Mais ils sont dus directement à la manière de travailler et de gouverner de François Hollande. Celui-ci ne tranche pas, mais soupèse, sasse puis synthétise. Il ne donne jamais sa décision ou son arbitrage dans l’instant, laissant même parfois espérer à ses interlocuteurs une décision favorable alors qu’il y est d’emblée opposé. C’est cette méthode ou plutôt cette non-méthode de gouvernement qui explique une bonne partie des loupés des socialistes au pouvoir depuis 2012. L’incapacité à choisir.

 

Cette culture des non-choix publics se retrouve dans la gestion des comptes publics du gouvernement, un budget pas d’équerre mais bien d’Eckert que la commission européenne a tancé pour son laxisme et que les socialistes s’épuisent à faire passer pour de la bonne gestion alors qu’il cumule 4,4 % de déficits et une hausse même pas réprimée de la dépense. D’où le recours facile à la vache à lait du contribuable.

 

La gauche s’est piégée toute seule en choisissant au début du mandat d’augmenter les impôts de 30 milliards d’euros alors qu’il fallait réduire les dépenses. Elle le paie aujourd’hui en promettant des baisses d’impôts sur le revenu pour les ménages les plus modestes alors même qu’elle devrait assainir ses finances. Paradoxe suprême, il se trouve même des personnes à gauche pour reprocher cette politique présumée trop à droite et en vérité trop laxiste du président. Ou l’art de cumuler les ennuis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne