Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 09:39

« Le meilleur des syndicats sera celui qui, plutôt que d'organiser la grève du travail, proposera la greffe du travail »

 

Damien CAILLAUD (1968) – Écrivain français et qui a fait Mai 68

 

Selon la formule consacrée, le dialogue social est en panne. Les syndicats de salariés et les syndicats de patrons ne s’entendent pas. Le gouvernement les a chargés de se mettre d’accord sur les modalités d’application du pacte de responsabilité et chaque camp freine des quatre fers. La faute précisément à ce pacte de responsabilité, qui a vexé la CGT la plus conne du monde et sa vision du travail du XIXe siècle et rendu immodeste un Medef atteint du syndrome de Stockholm depuis qu’il a été kidnappé par le gouvernement. La crise n’autorise pourtant pas à se payer le luxe du temps.

 

François Hollande veut prouver qu’il est vraiment social-démocrate. Alors il tient à ce que ce soient absolument les partenaires sociaux qui, réunis autour de la table, se mettent d’accord pour définir la mise en pratique des réformes dont le pays a besoin. C’est une faute : on ne peut pas confier aux syndicats le soin de faire la loi quand ils ont une telle propension à imposer la leur, à savoir leurs simples intérêts particuliers sur l’intérêt général. Et ils sont illégitimes, irresponsables et inefficaces.

 

Les syndicats sont illégitimes. Les syndicats de salariés ne représentent que 8 % des travailleurs, payant là leurs discours passéistes et de régression. La réforme de la représentativité a juste mis sous assistance respiratoire les centrales existantes. Les syndicats de patrons ne sont pas mieux lotis, le Medef représentant surtout et avant tout les patrons du CAC 40 et les dividendes de leurs actionnaires et non les milliers de PME qui forment la majorité du tissu des entreprises dans notre pays.

Les syndicats sont irresponsables. Toute culture du compromis leur est étrangère, contrairement à un pays comme l’Allemagne où la social-démocratie est un art de vivre et de gouverner et non un simple discours. Le dialogue social en France ne se résume qu’à un jeu de rôle théâtralisé sur le thème « Je t’aime, moi non plus », où chacun injurie l’autre pour continuer à justifier son existence. La CGT qui méprise le Medef, c’est comme un estropié se tenant debout accoudé à l’épaule d’un aveugle.

 

Les syndicats sont inefficaces. Le dialogue social n’a jamais marché en France car les partenaires sociaux sont incapables de parvenir à des accords. Résultat : cette absence de résultats oblige l’État à passer d’un rôle de garant à un rôle de gérant, codifiant les relations quotidiennes au travail à coup de lois faute de négociations fructueuses et d’esprit de concession. Cet appel incessant à l’État dont on attend tout finit par instiller chez les acteurs sociaux un doux sentiment d’irresponsabilité.

 

Des syndicats illégitimes, irresponsables et inefficaces

 

Il est irresponsable de confier la responsabilité des réformes à des acteurs sociaux si peu productifs. Face à l’ampleur des déficits, ils devraient pourtant comprendre que seules des réformes permettront de perpétuer un système économique et social auquel ils disent tant tenir. Mais ils pensent le sauver en se recroquevillant dessus. Face à l’échec de la démocratie sociale, c’est à la démocratie politique de reprendre la main et le pouvoir. Les élus ne doivent plus se défausser de leurs responsabilités.

 

S’il est légitime de laisser au paritarisme le soin de codifier les questions de salaire et d’organisation du travail au sein de l’entreprise, cela l’est moins quand il s’agit d’édicter des axes généraux impliquant la gestion de tout un pays. Le camouflet de la conférence sociale où les syndicats de salariés ont quitté la table aurait dû servir de prétexte au gouvernement pour consulter sans concerter et faire des choix rapides plutôt que de rechercher un consensus mou. Mais il ne l’a pas fait car il ne veut pas prendre le risque de la rue. Sans vision ni courage, la gauche laisse les partenaires sociaux faire la loi pour en assumer les échecs, comme sur les allocations chômage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serrurier paris 24/11/2014 18:26

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Carbone 12 25/11/2014 14:14

Merci. Par contre je ne trouve pas votre lien...

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne