Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 14:31

« Toute prison a une fenêtre »

 

Gilbert GRATIANT (1895-1985) – Professeur français et libre comme l’air

 

C’est désormais clair. Le gouvernement, par l’entremise de sa regrettable ministre de la justice Christiane Taubira, a décidé de régler le problème de l’engorgement des prisons françaises par une politique pénale laxiste. Face aux 65 000 prisonniers concentrés dans moins de 55 000 cellules, la garde des sceaux prend en effet le pari d’une non-exécution des peines pour ceux qui seraient condamnés à moins de cinq ans de prison. Quand on ne veut pas faire de la peine, on finit souvent par faire peur.

Pas étonnant que les mamies soient déjà terrifiées à l’idée que notre justice laisse en liberté des délinquants notoires sous prétexte qu’il n’y a pas de place pour eux au cachot. Il y aurait bien le bagne de Cayenne, mais Nicolas Dupont-Aignan l’a réservé aux djihadistes partis faire la guerre en Syrie. Les socialistes ont tort de vouloir aménager les peines de prison en mesures éducatives. Préférer la prévention à la répression, c’est forcément encourager le sentiment d’impunité par angélisme.

 

De là à tomber dans l’excès inverse de la tolérance zéro, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. La droite, vent debout contre la réforme Taubira, est pourtant proche de tomber dans cette tentation du populisme pénal et de la volonté de punir. Elle oublie que la prison à l’origine n’avait pas vocation à enfermer pour punir, mais à protéger le coupable contre la loi du Talion des victimes et de la colère populaire. Ce n’est qu’après qu’elle devint ce lieu de correction, où le condamné ruminait son autoculpabilisation sous la surveillance perverse de la toute-puissance publique.

En concevant la justice non plus comme le garant du droit mais comme l’arbitre sévère des conflits et le maton intraitable des délits, la droite privilégie l’État pénal à l’État social. Elle ignore que la punition sourcilleuse de la moindre infraction, même mineure comme dans la récente affaire du « coup de boule » du footballeur Brandao, amène surtout à une sanction des pauvres, statistiquement plus enclins à tomber dans l’illégalité. Pointer du doigt le délinquant pour réhabiliter la victime, c’est souvent s’attaquer à celui qui a fauté pour célébrer celui qui ne l’a pas encore fait.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne