Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 23:35

« Le pouvoir se gagne par les idées »

 

Antonio GRAMSCI (1891-1937) – Théoricien italien et praticien perdant

  

 

La vie politique c’est comme la vie en général : tout dépend d’où on se place. Rien n’est tout blanc ou tout noir car tout aspect prend sa couleur d’après l’endroit où on se trouve. Rien n’est gris non plus car chacun défend son regard pour faire triompher sa vision. Le cadrage est ainsi l’un des secrets les mieux gardés des professionnels de la politique. Il ne suffit pas d’avoir raison ou de faire l’agenda, encore faut-il légitimer son point de vue et le faire partager au point que plus personne ne le conteste. A ce petit jeu la droite se fait souvent déborder par la gauche.

 

C’est la gauche qui gouverne le plus les esprits à défaut de gouverner le mieux le pays. Elle dit que le patron est un exploiteur là où la droite peine à démontrer que c’est un créateur. Elle dit que la justice c’est l’égalité quand le premier des droits devrait être la liberté. Elle dit que les 35 heures sont un acquis social quand tous les experts se tuent à dire que c’est un échec économique. En 1997, la gauche plurielle a fait croire que cette loi embellirait le-modèle-social-que-tout-le-monde-nous-envie en favorisant la productivité et le bien-être. Elle a juste oublié de dire que cette réforme autiste lancée sans concertation tuerait la production et le niveau de vie.

 

Là est tout l’art du cadrage. Comme en photographie, tout se joue là où on regarde et là où on ne regarde pas. Il faut une opposition forte pour défendre une autre version et contredire cette gauche intellectuelle dominante. Or la droite n’a jamais osé mener ce combat des idées. François Hollande en rajoute donc. Le gouvernement se noie sur les thèmes économiques de la dette et du chômage mais qu’importe, il reste toujours des sujets sociaux à mettre en avant pour faire diversion et recadrer l’attention du téléspectateur à gauche de l’écran. Les débats progressistes sur le droit de vote aux étrangers et la dépénalisation du cannabis, ce ne sont que des artifices pour amuser le peuple de droits sociaux nouveaux. Un classique social-hypocrite.

 

Le débat sur la légalisation du mariage homosexuel est le meilleur exemple. Ou plutôt sur le mariage pour tous, encore un tour de force de recadrage. En 2001, la gauche au pouvoir introduisait la notion de parité dans la loi. Pour ne pas être accusée de communautarisme, elle avait alors soutenu dans la fumisterie la plus totale que la différence sexuelle entre les hommes et les femmes était universelle et que l’égalité pouvait prévaloir. C’est pourquoi elle a préparé le terrain avec le Pacs pour satisfaire sa clientèle. Plus de dix ans après, voilà la deuxième pierre.

 

La droite tente péniblement de riposter, mais avec de mauvais arguments. Elle a raison de souligner que la notion de mariage pour tous ne résiste pas une seule seconde à la mise en œuvre pratique puisqu’il faudra changer le code civil et le régime de la filiation en introduisant le parent A et le parent B à la place du père et de la mère. Mais en dénonçant une fuite en avant libertaire vers le libertinage et la polygamie voire l’inceste, elle a mérité les accusations d’homophobie qui la souillent. Sous prétexte de ne pas laisser la société perdre ses repères, la droite donne l’impression de vouloir emmerder les homosexuels. Qu’on les laisse tranquille et qu’ils fassent ce qu’ils veulent ! S’ils veulent adopter c’est leur problème, c’est leur gosse !

 

Cette opposition ne tient pas car nul ne sait si avoir des parents homosexuels nuit à l’équilibre de l’enfant. Les familles monoparentales sont un problème bien plus important. Le lien du couple veut que ses deux membres ne fassent qu’un et s’emboitent. Il se définit par la conjugalité et par la parentalité, or on ne fait pas d’un fait naturel un fait culturel si facilement. La droite gagnerait bien plus à riposter au mariage par l’union : donner exactement les mêmes droits - y compris l’adoption - aux couples homosexuels qui sont eux aussi deux personnes qui s’aiment, mais sans le nom de mariage. Cela permettrait au moins de sauver la face et la France.

 

La droite ne manque pas d’armes pour mettre à bas cette réforme de mœurs de société qui semble trop rapidement et facilement actée. 58% des français y seraient favorables. Mais les 42% d’opposants y sont fermement hostiles. Le referendum que veut Marine Le Pen inverserait sûrement la tendance tant la tenue d’un débat national cristalliserait le rejet de ceux qui se mobilisent contre, à l’image de ce qu’on voit aux Etats-Unis. Or la droite a raison de dénoncer qu’il n’y a pas eu de débat ni de concertation sur ce sujet alors que la gauche n’en est pas avare d’habitude. Elle a cru tout cadrer et tout cacher, or le temps est son pire ennemi dans l’affaire.

 

La loi n’en est encore qu’à son brouillon, et le terme de mariage pour tous n’est encore qu’une formule usitée des acteurs sans s’occuper de sa signification réelle. C’est pourquoi elle est si redoutable et qu’il faut la démonter. Si le pouvoir c’est le pouvoir de nommer, alors le PS est plus puissant qu’on ne le croit dans ce pays. L’idée de Jean-François Copé de prendre la rue et de manifester comme en 1984 pour l’école libre est la meilleure car elle inversera le sens du débat et fera le buzz. La droite doit lutter pour cadrer et ne pas se laisser déborder. Cela évitera que les chocs de compétitivité deviennent des pactes de compétitivité, que l’austérité budgétaire devienne le sérieux budgétaire et que le traité européen de la rigueur sous Nicolas Sarkozy devienne le traité européen de la croissance sous François Hollande sans qu’il n’en ait modifié une seule ligne. Cela évitera aussi et enfin que l’avenir de l’homme, ce soit l’homosexuel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne