Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 22:10

« Les politiciens sont les mêmes partout.

Ils promettent de construire un pont même là où il n'y a pas de fleuve »

 

Nikita KHROUCHTCHEV (1894-1971) – Homme politique soviétique et toujours sur le pont

 

 

Homme politique est un métier de fou. Il faut du courage pour renoncer à sa vie intime et endurer tant de critiques publiques sur son nom. Il faut de l’orgueil et un peu de drogue pour s’exposer autant et avec autant de confiance en soi. Il faut une vocation et un grand dévouement pour donner autant de sa personne au service de la cause commune. On connait les anecdotes sur les présidents qui l’ont été car ils ont toujours rêvé de l’être à force de les avoir racontées.

 

« La gloire ne se donne qu’à ceux qui l’ont toujours rêvée », disait Charles de Gaulle. « Il faut 30 ans pour faire un candidat et on ne devient président que si on y pense tout le temps, même en lassant ses chaussures », disait François Mitterrand. « J’y pense, pas seulement en me rasant », disait Nicolas Sarkozy. C’est oublier bien vite tous les autres qui n’atteignent pas cet honneur et tous les anonymes qui exercent au quotidien la dure fonction de maire de petite commune ou les sombres élus de fin de listes locales. Ils ont les désavantages sans les lauriers.

 

Les hommes politiques n’ont pas de talent mais ils en vivent. Ce métier qui n’en est pas un a la particularité de ne pas requérir de formation. Il n’y a pas de statut de l’élu même si les gratifications sont gratinées et valent bien trois ou quatre salaires. C’est pour cela qu’ils s’en vont comme des voleurs quand ils ont touché l’indemnité parlementaire ou la pension ministérielle. A 7500 euros par mois, ils pourraient au moins payer des collaborateurs. Il n’y a pas de carrière même si certains visent des mandats pour garnir ce qu’ils prennent pour un palmarès. François Bayrou n’est pas de ceux-là mais cela l’arrange bien car il ne gagne jamais aucune élection.

 

La politique est souvent l’apanage de petits milieux. Dans les années 1830, les nobles formaient une cour autour du roi Louis-Philippe. Dans les années 1880, les bourgeois faisaient une république opportuniste de notables locaux entre les notaires, médecins et curés. Dans les années 1920, les professeurs vinrent en masse et firent parler les ouvriers pour qu’ils ne virent jamais le parlement. Dans les années 2010, l’assemblée nationale n’est pas plus représentative. Elle est formée d’avocats et d’énarques. Pour percer en politique, il faut soit avoir brillé en local, soit avoir milité dans un parti, soit avoir intégré l’administration. Au-delà, point de salut.

 

La profession politique n’a pas un seul visage mais deux. Comme c’est une compétition, elle fait agir des hommes étriqués et manipulateurs dans des jeux à double détente et des coups de billards à trois bandes. Entre les hypocrites et les faux culs, il n’y a que les perdants trop naïfs pour s’en sortir. Entre les hommes d’Etat et les professionnels, il n’y a plus que les deuxièmes couteaux et les troisièmes poireaux. On oppose souvent les politiques vus à la télé et les élus de terrain, ces derniers remuant bien leurs chaussures dans la merde pour montrer qu’ils y sont ancrés jusqu’au bout. Qu’ils y restent s’ils aiment y patauger. Car la lumière vient des caméras.

 

Pour réussir il faut briller. A défaut d’être souverainement intelligent, il faut passer dans les médias pour se faire connaitre et être reconnu. Sans les journaux, le talent d’un élu est invisible et sa bonne parole se perd comme une voix dans le désert. Il faut se présenter sous son meilleur jour et être un acteur ; se créer un personnage et assumer sa personnalité. Ce sont les têtes couronnées d’antan et les stars convoitées d’aujourd’hui. Mario Monti est Super Mario sans avoir rien fait, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy sont le Merkozy sans jamais être sortis ensemble et Barack Obama est un dieu vivant prix Nobel de la paix alors qu’il est en guerre.

 

Il faut de tout pour faire un monde. Il n’y a pas un seul chemin pour réussir mais deux voies pour percer dans la profession. La carpe et le lapin. Soit la discrétion et la volonté de s’en sortir mais cela ne vend pas du rêve. Soit le talent et l’intelligence pour se sortir de tout mais c’est risqué de ne se reposer que sur cela. Entre les deux une rivalité sourde qui tourne à la haine. Ce fut le cas entre Giscard et Chirac et Mitterrand et Rocard. C’était le cas entre Sarkozy et Villepin et Hollande et Aubry. Ce sera le cas entre Copé et Fillon et Valls et Montebourg.

 

Bruno Le Maire l’a montré dans un très bon livre intitulé « Des hommes d’Etat ». Il faut une grande foi pour surmonter les épreuves et prendre des journées avec des doses de cow boy de travail, toujours en déplacement sans voir grandir ses enfants ni profiter de sa femme. C’est la faute au Carlton. Il y a les traversées du désert, ou la face nord des ascensions politiques. Le but est alors de rester en vie et en jeu tant que rien n’est joué, pour saisir sa deuxième chance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne