Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 09:14

« Le monde moderne : une Atlantide submergée dans un dépotoir »

 

Léon BLOY (1846-1917) – Ecrivain français et continent inconnu 

 

 

Le monde est un, uni et unique. Mais ses membres sont divisés. Alors ils font alliance et se font la guerre, pour des parcelles de terrain ridicules. Il en est ainsi des continents, à l’heure d’une recomposition générale du monde jamais vue depuis longtemps. La vieille Europe qui l’a toujours dominé est en net recul un peu partout. L’Asie est la terre émergente par excellence et elle fait peur à tout le monde. L’Afrique est toujours aussi mal partie mais tout le monde veut l’acheter. L’Amérique est à la croisée des chemins et elle prend la mauvaise direction. Ce sont l’Eurasie, la Françafrique et la Chinamérique. Trois destins peu liés pour parler de diplomatie.

 

L’Eurasie est le pire cauchemar de l’Europe. Comment écrire sa propre histoire quand on n’a même pas sa propre géographie ? De l’Atlantique à l’Oural, l’Union européenne se fait mais elle ne sait pas où s’arrêter. Zone du monde en déclin après l’avoir découvert et conquis, elle est menacée par cette Asie effrontée et intrépide qui veut nous manger tous crus. Celle-ci a changé les règles du jeu parce qu’elle avait intérêt au changement. Avant de réformer l’ONU, elle a déjà réformé le G8 en en faisant un G20 bien plus accueillant pour l’Indo-Chine.

 

Une chose est de profiter des circonstances, une autre est de les provoquer. L’Europe a de quoi se défendre si elle veut bien s’en donner la peine. Son drame est qu’elle est en train de perdre la guerre économique car les dragons asiatiques sont plus compétitifs qu’elle. Qu’à cela ne tienne, il faudra être plus malin dans la négociation internationale et réformer à l’OMC la réglementation commerciale pour instituer plus de protectionnisme. Instruire le Buy European Act jusque dans la très libérale instigatrice du cycle de Doha sera le challenge de l’après-crise. C’est là que l’empire contre-attaquera.

 

La Françafrique ne sera plus qu’un lointain souvenir. Pas parce que François Hollande aura changé des habitudes vieilles de 50 ans. Mais parce que la France n’aura d’ici peu plus aucune influence en Afrique vu comme elle s’en retire au profit de la Chine. Sa naïveté est pour le coup exemplaire tant elle a cédé facilement au chantage des dictateurs qui y prospèrent et qui souhaitaient vraiment y être indépendantes, un coup en réclamant le retour d’objets de musée volés ou l’autre en choisissant plutôt le Commonwealth que la Francophonie.

 

Il faut souvent faire le contraire de ce qui parait évident si on veut atteindre son objectif. En faisant preuve d’un excès d’autoritarisme, la France trahit une faiblesse extérieure alors qu’avec un peu de tranquillité elle aurait traduit sa force intérieure. En s’étant occupée trop peu ou trop tard de son retrait forcé d’Afrique, elle a perdu un atout qui lui donnait de l’influence. Tout n’est pas perdu pour autant. Il faut que tout change pour que rien ne change. En créant une union africaine et en y invitant la Chine, la France pouvait reprendre la main car à défaut d’avoir la puissance économique elle garde le réseau diplomatique. Ce serait changer les règles du jeu sans changer le jeu auquel on joue.

 

La Chinamérique est le nouveau gendarme du monde. L’Amérique ne commande plus seule mais doit gouverner avec la Chine, insolente de réussite et incontournable de par son immensité géographique et démographique. On se croirait revenu au temps de la Guerre froide avec une guerre psychologique qui avait fini par ruiner l’URSS dans les années 1980 or les USA n’ont plus de quoi nourrir de velléités de puissance. La stratégie avortée de contre-insurrection du Général Petraeus contre la guerre asymétrique du faible au fort a échoué. De Kaboul à Bagdad à Benghazi. On susurre même dans les milieux autorisés que les services secrets sont guidés par de fausses informations de faux espions. Ils sont en général bien vite démasqués.

 

Comme souvent, la diplomatie devrait être la solution des Etats-Unis pour compenser leur retard en géopolitique sur la Chine. C’est le jeu des deux tables. Sur la table intérieure, les Etats-Unis ont des contraintes qui poussent le président à devoir convaincre le congrès et jouer avec la Cour suprême alors que c’est fast track permanent en Chine. Sur le plan international, il est donc possible pour les premiers d’arracher des avantages de la seconde car c’est toujours le négociateur qui a le plus de contraintes qui arrache le plus de concessions. C’est tout l’art d’annuler des décisions pas encore prises et de jouer les grands princes qui la jouent large.

 

L’avenir des relations internationales est donc rempli de menaces et d’opportunités, de faiblesses et de forces, de risques et de chances. L’Europe a son destin entre ses mains mais elle devra faire preuve de doigté. L’Afrique n’est pas à vendre mais elle se donnera au plus offrant. L’Amérique ne sait plus où aller mais elle y va sans aucun doute. L’Asie va devenir le taulier du monde mais c’est la plus dure responsabilité qui soit. Un nouveau congrès de Vienne se prépare et les invitations sont déjà parties : « Monde sans carte ni boussole - stop - se cherche un chef - stop - pas trop fort - stop - pas trop faible - stop - pas trop seul - stop - pas trop longtemps ». Stop.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne