Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 23:22

« Au tennis, on sait si on est un gagnant ou un perdant »

 

Chris EVERT (1954) – Tenniswoman américaine et du bon côté du filet

  

 

Tout le monde n'a pas suivi le débat entre François Fillon et Jean-François Copé car tout le monde ne s’intéresse pas aux débats internes à la droite française. Cela n’empêche pas de faire un débat sur le débat et de noter ses hauts et ses bas. Comme prévu, il n’y a pas eu d’affrontement et le combat de boxe ne s’est pas fini par un KO. Mais si ce match nul a été nul pour celui qui était neutre, ce débat n’aura pas été dénué d’intérêt pour l’électeur de l’UMP qui va voter. A défaut d’avoir usé leurs poings, les deux rivaux peuvent être départagés aux points.

 

Comme prévu, les journalistes ont voulu titiller les deux candidats. François Fillon sur son bilan, puisqu’il était le 1er ministre de la France durant cinq ans. Il s’est plutôt bien défendu, allant même sur le terrain de prédilection de l’adversaire en parlant immigration. Jean-François Copé sur sa posture, surtout sur sa position qui consacrerait la droitisation. Il a eu du répondant en prouvant que lui au moins avait du courage mais les questions étaient trop agressives pour le valoriser. Avec ce scénario attendu et ce plan balisé, l’aîné a pris le dessus. Fillon 1, Copé 0.

 

Il a été question d’adjectifs pour définir les deux hommes. Rassembleur et fuyant pour François Fillon, fonceur et arrogant pour Jean-François Copé. L’un a assumé une position de chef d’Etat et de président avant l’heure, presque trop généraliste et on se demande s’il ne s’est pas trompé d’auditoire en parlant plus à la France qu’au parti. L’autre a affiché son courage et sa pugnacité, répondant tel qu’on le connait et sans esquive aux questions sur le pain au chocolat. Entre la souplesse lisse et la précision concrète, le choix est vite fait. Fillon 1, Copé 1.

 

Une ombre planait sur le plateau, celle de Nicolas Sarkozy. Les deux belligérants étaient censés ouvrir le devoir d’inventaire mais c’est plutôt à une critique du bilan catastrophique de François Hollande qu’ils se sont livrés. Jean-François Copé allant même jusqu’à moquer la barboteuse du ministre du redressement productif, un lapsus parfaitement calculé. N’ayant pu dévier le débat et fuir plus longtemps leur responsabilité, ils ont joué au concours du meilleur sarkozyste. François Fillon a rappelé qu’il l’était un fan de la première heure car il était le plus vieux. Jean-François Copé ne pouvait pas renier le président qu’il a rallié si récemment et dont il ménage si dangereusement le retour. A ce petit jeu, la prime est à l’ancien. Fillon 2, Copé 1.

 

Les deux prétendants ne se sont pas écharpés de la soirée, tout simplement parce qu’ils n’ont pas parlé des mêmes sujets. Durant le grand oral de la première partie, François Fillon a parlé de déficit et Jean-François Copé de laïcité. Durant le vrai débat de la seconde partie, ils se sont parlés mais de choses différentes ou de sujets qui ne pouvaient pas les fâcher. Refusant de répondre aux questions tendancieuses ou de se laisser porter sur le terrain de la polémique, ils n’ont pas dit le mot de trop tant redouté depuis celui de Martine Aubry sur la gauche molle. A l’image de cette poignée de main à la mi-temps des interviews, il y a eu égalité. Imparfaite.

 

Ce débat a révélé la stratégie de campagne des deux candidats. La droite a une grande responsabilité vis-à-vis des français alors que la gauche multiplie les mauvais choix et nous mène dans le mur. Face à la morosité ambiante, sa mission historique est d’incarner une autre voie même si tout le monde ne sera pas convaincu par le match du soir. François Fillon a décidé de taire les choses et de distiller de l’eau tiède pour ne pas diviser. Jean-François Copé préfère les mettre sur la table et crever les abcès qui paralysent le pays. Il n’y a pas photo. Fillon 2, Copé 2.

 

Ce choc tant attendu aura surtout été un duel de personnalités. Car sur les idées, il n’y a pas un cheveu d’écart et seule la différence de coiffure permettrait au quidam de les départager. Or leurs styles sont très opposés. François Fillon est consensuel et fourbe et a l’expérience du 1er ministre qui connait les palais. Jean-François Copé est franc et brutal et a l’expérience du maire de Meaux qui connait le terrain. Ils sont complémentaires, d’ailleurs ils ont promis qu’ils feraient la paix une fois passé le 18 novembre et qu’ils aideraient le meilleur à gagner en 2017. Mais entre la peur du conflit et la culture du résultat, il n’y a pas d’ex aequo. Fillon 2, Copé 3.

 

Jeu, set et match. Ce débat était une première et beaucoup y verront une dernière tant la compétition et le combat ont été absents de la scène. S’il n’y a pas eu de gagnant et qu’il n’y avait rien à gagner, ce débat n’est pas perdu pour tout le monde. Il permet aux deux candidats de rester en vie, puisqu’ils étaient avant tout venus pour ne pas perdre. Avec une réserve. Non seulement Jean-François Copé a prouvé la pertinence de la notion de racisme anti-blanc, mais en plus François Fillon a fléchi à un moment bien précis du débat : quand il a peiné à expliquer qu’il était pour la stratégie du ni-ni du secrétaire général vis-à-vis du FN et du PS alors qu’il soutenait le contraire en 2011. C’est là qu’il faudra appuyer, puisque c’est là que ça fait mal. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Violetta 27/10/2012 00:01

Merci Carbone, encore une fois pour la qualité de cette analyse.

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne