Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 23:40

« La plus grande pulsion n'est pas la libido mais le besoin de sécurité »

 

Jean DELUMEAU (1923) – Universitaire français et mort de trouille

  

  

La gauche est de retour au pouvoir et elle tient à le faire savoir. Elle prend des positions radicalement opposées à la droite pour afficher sa différence et combattre l’indifférence. En 2002, la droite avait gagné sur le thème de l’insécurité et la gauche qui n’avait pas passé le 1er tour ne l’a jamais oublié. Elle payait là sa réputation de manque de fermeté mais une anecdote résume mieux que tout son manque d’envie à l’heure de garantir l’ordre. Devant les violences urbaines dans les banlieues, Lionel Jospin excusait les voyous avec cette formule sibylline et gauche : « C’est la société qui est violente ». C’est Nicolas Sarkozy qui en a profité en devenant l’irréprochable premier flic de France avant de devenir le reproché premier homme de l’Etat.

 

C’est le sens de l’histoire, et elle avance par cycles. Après dix ans de prétendue efficacité et de prétentieuse tolérance zéro, la gauche veut présenter sa vision du problème et relance la dernière version du débat sur l’insécurité. La ministre de la justice Christiane Taubira a mis en doute l’efficacité des centres éducatifs fermés pour mineurs. La droite et l’extrême droite se sont étranglées, l’accusant d’angélisme et de naïveté. Elle est la tête de turc de l’opposition, mais c’est là un argument classique qui revient pour dénoncer le laxisme sécuritaire de la gauche.

 

La sécurité est un besoin primaire de l’homme et l’Etat doit le garantir pour permettre la vie en société sans méfiance réciproque entre individus. C’est la théorie du contrat social. Mais l’Etat gendarme est devenu un Etat protecteur en matière de social et non de police. Cet excès de soin justifie tout, jusqu’à l’immigration et sa division sociale qui menace les quartiers.

 

La gauche n’aime pas reproduire deux fois les mêmes erreurs, alors elle a réfléchi. Son spécialiste des questions de sécurité Jean-Jacques Urvoas a grandement musclé le discours du PS en légitimant la lutte contre l’immigration illégale, mais il n’est pas ministre. Pas plus que François Rebsamen, longtemps favori des paris sportifs mais que François Hollande a laissé dans sa bonne ville de Dijon et que Martine Aubry lui demande de quitter. C’est Manuel Valls qui a empoché la mise et qui est devenu ministre de l’intérieur. Il ne fait pas le voyage pour rien.

 

Sa politique est pour l’instant inexistante mais son discours est aussi ferme que le regard de son prédécesseur Claude Guéant était vitreux. Il veut une police respectée et respectueuse et part à la chasse aux roms contre l’avis de l’extrême gauche. Il veut des résultats et compte y mettre les moyens humains et budgétaires, surtout depuis que Martine Aubry est descendue à Marseille narguer le gouvernement précédent sur son triste bilan dans la ville en matière de lutte contre la criminalité. Il a déjà tiré sans sommation en décrétant la stigmatisation de quinze zones de sécurité prioritaire. Des paradis du crime. Pas terrible pour l’attractivité touristique.

 

On attend de voir si les socialistes oseront revenir sur les mesures fermes de la droite en matière de peines planchers, de rétention de sûreté et de justice des mineurs. Le garde-fou de toute bonne politique de sécurité est la bonne application des peines. C’est elle qui garantit de bons résultats en matière de lutte contre la récidive. Pour cela, il faut que la police et la justice marchent main dans la main car elles sont les deux jambes d’un même corps défendant. Avec un dur et une molle, le gouvernement tient peut-être un tandem de choc. Ou de couacs.

 

Il faut agir vite car la situation s’aggrave. Bientôt, les gens n’auront plus confiance dans les forces de l’ordre pour assurer leur sécurité et ils feront appel à des sociétés privées. C’est déjà le cas pour lutter contre les cambriolages, malgré la célèbre opération tranquillité vacances. La privatisation d’une fonction régalienne, c’est le comble de l’insolite. Or le problème à la base de cette peur irrationnelle est plus le sentiment d’insécurité que l’insécurité réelle vécue.

 

L’insécurité ne se mesure pas. Comme on ne trouve que ce qu’on cherche, l’insécurité se compte par le nombre de plaintes. C’est pourquoi les statistiques sont stupides. Il ne faut pas prêter attention aux ministres qui utilisent à leur avantage les variations de pourcentages. Les résultats s’améliorent et s’aggravent, en alternance et alternativement. Le sentiment d’insécurité provient surtout de la couverture médiatique, qui fait peu cas du cas par cas alors que le nombre de crimes diminue. Le succès populaire de chaque fait est de plus en plus fort et le moindre petit larcin de voleur de poules minable passe à la postérité. C’est pour cela que l’on souhaite, même s’il a beaucoup fait gagner la droite ces dernières années, que ce soit le dernier débat sur l’insécurité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yoyo 14/11/2012 10:10

Pas faux.

Cornella del Prat 12/09/2012 14:04

Je croyais que tu étais de droite ?

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne