Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 12:49

« Pour savoir qu’un verre était de trop, encore fallait-il l’avoir bu »

 

Georges COURTELINE (1858-1929) – Dramaturge français et d’un français dramatique

 

 

On parlait souvent de « 3ème tour social » du temps où les élections présidentielles se jouaient à deux tours et en décalage avec les élections législatives. En 2002, le quinquennat et l’inversion du calendrier électoral ont tout remis dans l’ordre et écarté le risque de cohabitation. Les élections législatives ne font plus qu’entériner le résultat des élections présidentielles. Elles en sont aussi le 3ème tour, telle la suite d’un match dont l’arbitre aurait pourtant déjà sifflé la fin.

 

Le PS a gagné les présidentielles et va gagner les législatives. François Hollande a été élu sur un rejet de Nicolas Sarkozy et sa côte de popularité de 53% est historiquement basse pour un nouvel élu. Mais le PS va gagner haut la main car les français sont disciplinés et suivent le sens du vent. L’UMP tentera s’il le peut de la jouer fair play et de limiter la casse, voire mieux.

 

Le PS s’attend à tout. A une vague rose style 1981 où il avait gagné 266 sièges sur 491. A une majorité relative et étriquée façon 1988 où il avait dû composer un gouvernement ouvert et pléthorique après n’avoir obtenu que 275 sièges sur 575. A une minorité active type 1997 où avec 250 sièges sur 577, il avait fallu faire la gauche plurielle. Ayant donné toutes ses circos aux verts et rien de ça au Front de gauche, il faudra tout pour faire une majorité. Même le Modem.

 

On décrie souvent les majorités législatives trop larges car le pouvoir absolu corrompt absolument. Après le pouvoir local, le pouvoir médiatique et le pouvoir exécutif, la gauche aura tout si elle gagne le pouvoir législatif. La droite veut lui épargner ce fardeau en le lui enlevant, alors qu’il est finalement le seul qui compte pour gouverner même si on croit tout faire avec une majorité présidentielle. En 1968, c’est grâce à une chambre bleue horizon (394 députés sur 485 possibles) aux élections législatives anticipées que la droite avait repris le pouvoir sur la rue.

 

L’UMP doit songer à ses succès de 2002 (365 sièges sur 577) et 2007 (320 sièges sur 577) en se demandant combien elle va perdre de députés en 2012. En 2007, elle en avait perdu 50 sur le seul échange de la TVA sociale entre Jean-Louis Borloo et Laurent Fabius. Elles sont loin les élections de 1993 où la droite avait raflé 472 sièges sur 577 et fait subir à la gauche sa pire défaite électorale, un 21 avril avant l’heure. Mais le redécoupage électoral la laissera en vie.

 

La droite sera encore embêtée par des triangulaires avec le FN, là où la gauche joue la discipline avec le désistement républicain. Elles avaient validé le fiasco de la dissolution en 1997 et elles valideront le fiasco de 2012 puisqu’il faut 12,5% des électeurs inscrits - pas exprimés, encore heureux - pour se maintenir au 2ème tour. Le FN devenant fréquentable, des accords verront le jour localement notamment chez les députés de la droite populaire qui joueront leur peau en région PACA. Sauf si Marine Le Pen a sa liste noire de députés à battre et à abattre.

 

Les élections se suivent et se ressemblent. Jean-Luc Mélenchon suit encore Marine Le Pen, cette fois dans sa circonscription d’Hénin-Beaumont. Cela ressemble à de l’obsession. Il dit vouloir faire barrage de son corps au FN, mais c’est qu’il a vu le bon coup médiatique pour voler encore une fois la vedette au PCF. C’est pour lui sa 2ème chance dans ce 3ème tour, et il est nostalgique des élections présidentielles comme les jeunes le sont d’un camp de vacances.

 

Il sera beaucoup question de cas individuels. De ministres qui jouent leur peau et leur place et qui voudront éviter de suivre Alain Juppé qui avait perdu son portefeuille en 2007. Il n’a même pas retenté sa chance en 2012 tellement cela l’a traumatisé. Ainsi Aurélie Filippetti et Stéphane Le Foll joueront gros. Ségolène Royal devra d’abord être élue si elle veut le perchoir. Bien avant elle et avant le sacre de Reims, c’était Martine Aubry qui pleurait sa défaite en 2002.

 

On surveillera à droite François Fillon, Jean-François Copé et Xavier Bertrand, qui ont beaucoup à perdre sur la route de 2017. Même si on se rappellera que bien avant d’être élu président en 1981, François Mitterrand avait piteusement perdu son mandat de député en 1958. On verra aussi si Claude Guéant et Henri Guaino auront réussi leur parachutage.

 

Aux présidentielles, on vote pour une personne avant de voter pour un parti. Aux législatives, on fait le contraire. C’est pour cela que le FN s’était écroulé en 2002 et s’écroulera en 2012. C’est pour cela que François Bayrou avait fait 18,57% et le Modem 3 députés en 2007. Le seul moyen d’avoir un groupe à l’assemblée, c’est de marchander comme les verts.

 

Car les élections présidentielles et législatives ont ceci en commun qu’elles se jouent au scrutin majoritaire, le plus impitoyable qui soit. François Hollande va restaurer le scrutin proportionnel en 2017. C’est en pensant faire entrer le Modem par la porte que l’on fait entrer le FN par la fenêtre, comme en 1986. C’est peut-être ce qui tuera le régime et fera du 3ème tour celui de l’élimination pour le président élu aux deux premiers. Ça fait tôt dans un tournoi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne