Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 00:30

« Le triomphe de l’esprit laïque, c’est de réunir les enfants de toutes les églises »

 

Ferdinand BUISSON (1841-1932) – Homme politique français et rien à voir avec Patrick

 

 

La laïcité est un vieux combat. Bien avant les apprentis sorciers d’aujourd’hui, de grands hommes ont lutté pour la légitimer dans un pays si religieux que la France. C’est là que serait arrivée la descendance de Jésus. C’est là que le Pape a élu domicile après ses déboires à Rome. C’est là que les rois ont affermi leur dynastie en réclamant leur pouvoir absolu du droit divin. C’est pourquoi les noms de Sieyès, Emile Combes et Aristide Briand sont connus et respectés.

 

Sieyès, c’est l’abbé qui a enlevé tout pouvoir au clergé. Ce grand révolutionnaire était un petit malin, capable de durer sous tous les régimes de la Terreur à l’Empire sans avoir la tête tranchée. Il a défendu le Tiers Etat et enlevé tous ses biens à l’Eglise par la constitution civile du clergé. Emile Combes, c’est le prêtre qui a inventé la laïcité de combat. Ce bon petit père devait écrire une loi de séparation des églises et de l’Etat pour annuler le concordat passé entre Napoléon et le Pape en 1802. Il est allé trop loin et la loi n’a jamais porté son nom.

 

La célèbre et célébrée loi de 1905 a été portée par le rusé Aristide Briand. Ce grand homme d’Etat a nuancé les excès anticléricaux et posé les bases de la laïcité républicaine et molle de notre temps. La république ne reconnait ni ne subventionne aucun culte : les biens de l’Eglise sont dénationalisés et le lien entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel est rompu. La religion est cantonnée à la sphère privée afin que la liberté de conscience de chacun ne soit pas altérée par la liberté d’expression des autres. Le curé perd l’influence sur le pouvoir du maire.

 

Les dérives de la pratique viennent d’une interprétation restrictive de la loi. L’Etat républicain ne doit pas se mêler de religion or il met régulièrement les doigts dans la confiture sous prétexte de faire respecter le principe de laïcité. La loi sur le voile de 2004 devait interdire tout signe religieux ostentatoire dans les écoles. La loi sur la burqa de 2010 a clairement montré du doigt les femmes musulmanes sous prétexte de les libérer de l’oppression du Coran. Le gouvernement se lance à la chasse aux prières de rue alors même qu’il laisse se développer le prosélytisme des sectes que des gourous malveillants animent auprès de fidèles fanatiques.  

 

Ce sont les nouvelles guerres de religion. Les catholiques et les protestants ne se sont pas assez massacrés et les juifs et les musulmans ne se font pas assez la guerre. A l’intolérance œcuménique, l’Etat ajoute sa laïcité bête qui fait de la lutte contre l’Eglise un combat d’un autre siècle. Il y a cent ans, les deux se battaient pour unifier un peuple français encore perclus de particularismes. Dieu est mort et la puissance publique est restée, or elle continue de se battre contre des moulins à vent alors que le séparatisme communautariste prend des proportions graves et aggravantes sous l’effet de l’immigration et de l’individualisme.

 

Ce Kulturkampf n’a plus lieu d’être à l’heure où le politique doit reprendre son rôle de prescripteur des valeurs et non plus d’arbitre des conflits. On oublie que la règlementation des religions qui ont droit d’exercer sur le sol national est avant tout un enjeu de pouvoir. Mais la laïcité telle qu’on la pratique est le degré zéro de la politique. C’est une laïcité de principe mais on oublie les causes profondes et on l’applique sans arrière-pensée ni pensée tout court. Le président ne peut rencontrer le chef de l’Etat du Vatican, un homme politique ne peut célébrer la spiritualité et un ministre ne peut rendre hommage à des victimes sur un lieu de culte.

 

François Hollande veut inscrire la laïcité dans la constitution pour rendre impossible tout retour en arrière. L’intention inavouée est bien plus perfide. Aujourd’hui en France, les problèmes religieux ne concernent plus que l’Islam. Rigidifier les règles de l’expression du fait religieux en public vise essentiellement à satisfaire ce racisme antimusulman qui a gagné les médias et qui pollue le débat public. Tel ce maire communiste qui vire deux animateurs de centre aéré parce qu’ils font le ramadan. On dira ce qu’on veut, mais l’idée de Nicolas Sarkozy d’en venir au dialogue avec les religions et le CFCM au lieu de l’ignorance était bonne.

 

Mais la laïcité est pratiquée et violée par des profanes. Elle stigmatise les femmes qui conduisent voilées mais est oubliée pour les juifs assassinés par des fous qui tirent dans le tas sans aucune motivation religieuse. Plutôt que de réglementer le temps de parole des formations politiques, le CSA ferait mieux de corriger les médias qui évoquent systématiquement le crime antisémite à chaque profanation de cimetière. Pour une fois, la France devrait prendre exemple sur les Etats-Unis qui sont beaucoup plus libéraux et qui laissent les consciences religieuses s’exprimer en toute harmonie. Il ne faut pas chercher le conflit là où il n’y en pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gestapo 23/09/2012 10:06

Sans parler de Marine Le Pen qui veut interdire le port de la kippa et du voile dans la rue.

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne