Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 11:53

« La France compte 36 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement »

 

Henri ROCHEFORT (1831-1913) – Journaliste français et hors-sujet

 

 

Apparemment les français n’ont que faire du débat national sur le mariage homosexuel. Alors que les partisans du mariage pour tous et les opposants à la PMA manifestent férocement dans des partouses généralisées qui atteignent à peine 500000 participants. Alors que la droite tente désespérément de trouver un argument défavorable pour avoir quelque chose à dire et que la gauche arrive à se diviser même sur un sujet qui emporte l’adhésion générale. Alors que des salariés perdent leur emploi et que des fonctionnaires estiment ne pas bien gagner leur vie.

 

Le président essaie de se refaire une santé dans les sondages en jouant le chef de guerre. Il est en passe d’y parvenir. Après la bataille pour l’emploi, il a déjà changé de guerre avec la guerre au Mali où la France se balade. A croire qu’elle n’a en face que des pygmées avec des sagaies. On a d’abord cru que ce conflit armé passionnerait les français, façon Guerre du Golfe 1990. Et puis le manque de suspense et le manque de crédibilité de François Hollande dans le rôle de Rambo les a bien vite lassés. Ils ne sont décidément intéressés par rien !

 

La droite utilisait le fait divers pour faire diversion. Elle avait toujours en réserve une femme voilée, un fraudeur à l’aide sociale ou un pain au chocolat. La gauche a l’effet d’hiver, ce sujet de conversation qui ne concerne personne mais qui prend toute la place dans les médias. Les français ne sont pas tous homosexuels mais on leur fait croire qu’ils vont bientôt acquérir un acquis social nouveau. Les français n’ont pas tous joué aux petits soldats dans leur jeunesse mais on les force à aimer écouter parler d’un pays où ils ne foutront jamais les pieds.

 

Apparemment les français préfèreraient que le gouvernement se mette au travail et traite des vrais sujets qui comptent. Les syndicats appellent à la grève pour protester contre les usines qui ferment et qu’aucun plan de redressement productif ne saurait sauver. Le chômage n’arrête pas de grimper, mais personne n’ose en parler. Pas même la droite, mais est-elle en mesure de donner des leçons ? Les fonctionnaires manifestent pour le pouvoir d’achat et contre l’absence de concertation du gouvernement sur la réforme des rythmes scolaires. C’est leur droit.

 

On serait tenté de penser qu’il s’agit là de vrais débats. Du quotidien. Parler d’économie fait toujours plus sérieux et c’est d’ailleurs pour cela que nos dirigeants n’en parlent jamais. Les sujets de société, c’est bien parce que ce sont des questions d’avenir. Impossibles à juger sur pièce. Au contraire, les indicateurs de l’emploi et de l’inflation sont impitoyables et c’est pour cela qu’on se demande encore pourquoi la droite s’enterre sur le débat du mariage homosexuel au risque de nous faire passer pour des réacs alors qu’il y a tant à faire sur l’économie.

 

Sûrement car le débat n’est jamais à la hauteur. On peine en effet à croire que la plus digne manière d’aborder le sujet du chômage soit de prendre en otage le gouvernement avec quelques cas foireux de plans sociaux et de le forcer à voter des lois iniques qui décourageront tous les investisseurs de venir s’installer chez nous. On peine aussi à croire que la plus efficace façon de réfléchir au problème de la croissance molle soit de parler à l’estomac plutôt qu’à la conscience et de se plaindre des fiches de paie qui stagnent alors que le temps de travail baisse.

 

En réalité, l’économie ne passionne pas plus les français que la défense des marinières n’intéresse Arnaud Montebourg. La droite pourrait bien sûr réfléchir à un plan d’actions pour redresser l’économie, mobilisable dès 2017 et présenté avec pédagogie dès aujourd’hui. Mais cela n’avancerait à rien. Au lieu de clarifier sa position, elle rendrait son discours inaudible car les solutions efficaces à mettre en œuvre - une politique de l’offre, une inflation modérée, une libération du travail - seraient trop complexes ou trop impopulaires. Les gens comptent l’argent.

 

En pleine refondation et à l’aube de la reconquête, la droite doit prendre les français à contre-pied et parler des sujets qui comptent mais avec les idées qui marchent. Elle doit parler des sujets de la gauche avec les solutions efficaces qu’elle a toujours prônées. L’épargne pour financer la protection sociale. L’entraide pour remédier à l’assistanat. Le travail pour mériter le salaire. La clé de la victoire en 2017 est déjà connue et il est temps de l’adopter. Il faut jouer à contre-emploi et faire l’inverse de ce qu’on attend de nous. Parler des sujets qui comptent.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne