Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 04:11

« J’y suis, j’y reste »

 

Patrice de MAC-MAHON (1808-1893) – Ancien président et soumis puis démis

 

 

La guerre des chefs aura fait décidément bien des victimes. Outre Jean-François Copé et François Fillon, elle va sûrement freiner l’évolution de trois quadras qui auraient pu tirer leur épingle du jeu de cette rase campagne. Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et François Baroin sont trois petits au sein de l’UMP qui ont l’avenir devant eux. Mais en pariant sur le mauvais chameau tout en croyant le doubler le moment venu, n’ont-ils pas été petits dans leur attitude ?

 

Valérie Pécresse aurait dû devenir la secrétaire générale du parti si François Fillon l’avait emporté comme prévu. Son ralliement était certainement intéressé, comme tous les autres. Elle savait bien que l’ancien 1er ministre faisait un tabac dans les sondages et n’a jamais envisagé que le résultat du vote soit différent. C’est pourquoi elle n’a pas hésité à être offensive et offensante envers Jean-François Copé, insultant l’avenir et cette erreur pécheresse lui coûtera cher.

 

Elle fut la seule grande réformatrice du sarkozysme avec sa loi LRU sur l’autonomie des universités, du temps où elle était ministre de l’enseignement supérieur. Avec ses airs de parent d’élève de quartier huppé sortie tout droit d’HEC, on voit mal ce que les français auraient de commun avec elle mais comme sa collègue NKM elle se voit un destin présidentiel et a cru le concrétiser dès 2016 en se présentant à la primaire au détriment de sa tête de liste de 2012.

 

Laurent Wauquiez est un ambitieux. Plus jeune député de France en 2002 et secrétaire d’Etat puis ministre de Nicolas Sarkozy, il a traîné son physique de George Clooney dans toutes les permanences UMP de France officiellement pour soutenir la candidature de François Fillon et officieusement pour préparer son propre avenir. Trop célèbre pour être connu, ce talent en devenir de la droite cultive son image et est prévenant envers tout le monde. Il est populaire.

 

Son activisme sur le cas Lejaby en 2012 l’a prouvé. Dommage que le reste de l’année lui ait été nettement moins favorable sur le plan électoral, avec ces remarques assassines de Nicolas Sarkozy lui reprochant d’avoir joué double-jeu au 2ème tour de l’élection présidentielle et ce coup de tonnerre du 18 novembre où s’envolait pour lui l’espoir de prendre le parti. Il a une chance de se rattraper avec son courant de la droite sociale, mais il dénonce trop l’assistanat et le RSA.

 

François Baroin n’inspire rien à personne. Ni caricatural ni caricaturé, ce fils de franc-maçon à la voix d’outre-tombe et au visage de bébé a longtemps été cajolé par Jacques Chirac qui le tira de son métier de journaliste avant d’être blacklisté par Nicolas Sarkozy pour la même raison. Pas pour longtemps. En 2010, le maire de Troyes devenait ministre. En 2011, il prenait même le ministère des finances au nez et à la barbe de Bruno Le Maire. Son seul fait d’armes.

 

C’est ainsi devenu pour lui une habitude que de trahir ses amis. Tour comme le député de l’Eure, il faisait partie du club des quatre mousquetaires mené par Jean-François Copé pour mener l’opposition interne à Nicolas Sarkozy au début de son mandat. C’est pourtant sans état d’âme qu’il a rejoint François Fillon dans la campagne pour la présidence de l’UMP, espérant tirer profit de sa victoire. Son activisme pour créer le groupe R-UMP l’a finalement montré.

 

Quand vient la fin d’un cycle, il est souvent temps de commencer le suivant et c’est en général le même. Comme la génération précédente, ces trois petits devraient profiter de toutes les occasions pour se faire leur place et la garder. « J’y suis plus, j’y reviens », diront-ils après les déboires qu’ils ont connu et cette défaite de leur champion. Plus bêtes que méchants et moins bêtes que disciplinés, ils n’auront ensuite plus qu’à s’étriper entre eux pour savoir lequel des douze salopards aura utilisé la tactique la plus perverse pour venir à bout des quinquas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rococco 31/01/2013 13:10

Je partage entièrement cette analyse

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne