Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 07:36

« La paresse rend tout difficile ; le travail rend tout aisé »

 

Benjamin FRANKLIN (1706-1790) – Père fondateur des Etats-Unis et bourreau de travail

 

Le travail c'est la santé. Ne rien faire c'est la conserver. On connait la chanson. Dans une crise qui est aussi celle de notre modèle de croissance et de notre capacité à produire, le travail ne pouvait que tenir une place essentielle. Or il était temps de relancer le débat. On dit souvent que la France ne travaille pas assez. Les statistiques ne sont pas claires à ce sujet mais tout le monde pointe du doigt les fameuses 35 heures de la loi Aubry. On a tout entendu là-dessus.

 

Des rapports d'économistes montrant qu’en travaillant moins, la France pénalisait sa croissance. D'autres montrant qu'en répartissant le travail pour avoir moins de chômage, elle aurait des salariés plus productifs. Des hommes politiques de droite jurant qu'ils n'y toucheraient pas. Des hommes politiques de gauche jurant qu’il fallait y mettre fin.

 

Les 35 heures auraient pu être un angle d'attaque idéal contre la gauche pour Nicolas Sarkozy, qui n'a pas hésité récemment à en remettre une couche, d’autant que la 1ère secrétaire du PS est une certaine Martine Aubry. Or il avait mis le loup dans la bergerie avec la retraite à 62 ans qui avait fait faire une volte-face à la maire de Lille. Et quand c’est flou, il y a un loup.

 

Mais Nicolas Sarkozy a un double discours. Il ne veut pas que son nom soit associé à la mort des 35 heures, grand acquis social de notre modèle envié par la terre entière, alors qu’il l’a vidé de tout son sens avec la défiscalisation des heures supplémentaires. Alors va pour la fraude sociale, autre refrain de la droite particulièrement apprécié chez le français moyen.

 

Pour flatter la France qui se lève tôt, rien de mieux que de stigmatiser le rmiste qui entube l'assurance-chômage ou le malade imaginaire qui arnaque la sécu. Qu’importe que l’on ne parle que d’une extrême minorité. Même Laurent Wauquiez, représentant de la droite dite « sociale » et futur prétendant au fauteuil élyséen, s'est engouffré dans la brèche en proposant des travaux d’intérêt général pour les paresseux qui profitent de l’assistanat public.

 

Une France contre l'autre. Ou plutôt tous contre un, qui n'existe pas. Le fainéant, tout le monde en parle mais personne ne l'a jamais vu. Il n’existe que dans nos têtes et dans les reportages de TF1. Non pas que le problème soit mineur, mais il y a d’autres tâches plus importantes à régler ne serait-ce que sur la question du travail. A commencer par le « travailler plus pour gagner plus » mis en valeur à raison par Nicolas Sarkozy en 2007.

 

Il y a là deux enjeux sur lesquels la gauche n’a toujours pas évolué. D’un côté le pouvoir d'achat. Ce n’est pas en raréfiant le travail qu’on augmente la richesse des classes populaires, qui n’ont plus d'argent pour profiter de leurs heures de loisirs en plus. De l'autre le chômage. Ce n’est pas en partageant le temps de travail qu’on crée de l'emploi, qui n’est pas un gâteau que l'on découpe en parts égales car tous les travailleurs ne se valent pas.

 

Or travailler moins, c’est produire moins donc consommer moins, importer plus et s'endetter plus. Travailler plus, cela aurait pu être un thème idéal pour gagner dans la campagne de Nicolas Sarkozy. « Le travail c'est la liberté » disait-il en 2007, des mots qui font furieusement penser au célèbre « Le travail rend libre » accroché au portique du camp d'Auschwitz.

 

C'est sûrement vrai, car le travail permet à chacun de se réaliser et d'accéder à la reconnaissance sociale. Mais les gens n’en seront pas conscients tant que le débat consistera à donner des leçons de morale et à vouloir, tel André Tardieu au temps du Front populaire, « remettre la France au travail ». Qu’on ne s'étonne pas alors si les socialistes continuent à penser que pour gagner, ils soient obligés de faire l’éloge du droit à la paresse. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clovis Simard 10/06/2012 03:40

Blog(fermaton.over-blog.com),No-1. - THÉORÈME DU BOURDON. - La Paresse du Hasard ?

Polisson 06/03/2012 18:42

On a quand même droit au bonheur. Notre pays vit suffisamment bien pour se partager le travail et ne pas chercher toujours plus.

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne