Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 09:20

« Être de gauche est plus dur qu’être de droite »

 

Raffaele SIMONE (1944) – Linguiste italien et plutôt gaucher que gauchiste

 

 

La droite et la gauche sont nées au début de la révolution française lors d'un vote sur le droit de veto du roi. Les plus conservateurs votèrent pour et se mirent à sa droite tandis que les plus révolutionnaires votèrent contre et se mirent à sa gauche. Depuis, le sens des deux notions a évolué et s’est nourri de nombreux imaginaires.

 

Evoquer la gauche c'est penser aux luttes syndicales, au socialisme de Jaurès et aux compagnons de route du Parti communiste. Evoquer la droite c'est penser au conservatisme de Maurras, à l’épopée gaulliste et au libéralisme anglo-saxon. Et puis comme ce clivage n’était pas assez large pour tout le monde, on a inventé les extrêmes.

 

On pense souvent à tort que les extrêmes ne sont qu’une version plus hard de la gauche et de la droite. Mais on voit bien qu'il y a - en théorie - une différence de nature et non une différence de degré entre la droite et l’extrême droite. Même chose avec l’extrême gauche : elle est à la fois en prolongement et en rupture avec la gauche traditionnelle. Et elle le revendique.

 

L’extrême gauche en France, c’est une soupe de lettres de noms improbables hérités de l’histoire de l’Internationale socialiste : le Parti communiste français (PCF), le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA, ex Ligue communiste révolutionnaire), Lutte ouvrière (LO)… D'où une division de la famille trotskiste qui mène ses composantes à des scores échantillonnaires alors que la France est le dernier pays post-industrialisé à encore voter à plus de 10% pour elle.

 

Quand s’est rajouté Jean-Luc Mélenchon et le Parti de gauche - il affiche la couleur - tout le monde a alors craint le ridicule, qui s’il ne tue pas fait beaucoup de mal. Au final, entre le rêve d’une candidature unique de l'extrême gauche et le cauchemar d’un départ en rangs dispersés, c’est la voie médiane qui a prévalu, une fois n’est pas coutume au pays des extrêmes.

 

Certes LO a présenté Nathalie Arthaud pour perpétuer l’héritage d’Arlette Laguiller. Mais le PCF y a renoncé et s'en est remis à Mélenchon. Le NPA a déclaré forfait, Olivier Besancenot du moins, et ce n’est pas la candidature de Philippe Poutou qui remuera les foules.

 

L'extrême gauche n'a jamais son mot à dire lors des négociations d’entre-deux-tours, handicapée par les faibles scores de ses composantes et piégée par sa position sur l'échiquier politique qui fait penser à raison qu'elle n’appellera de toute façon pas à voter à droite. Alors à quoi va bien pouvoir servir l’extrême gauche durant ces élections présidentielles ?

 

L’extrême gauche c’est le poil à gratter du PS qui dit qu'elle est la vraie gauche, la dure, celle qui ne fait pas de compromis ni de compromission avec l'ennemi capitaliste avide d'argent, de profits et de concurrence acharnée. C’est la voix exigeante qui pousse le PS à tourner un peu plus à gauche au risque d'un grand écart avec ses engagements pépères social-démocrates.

 

La gauche extrême est aussi avant tout l’incarnation du discours mobilisateur et un brin désuet de l’anticapitalisme altermondialiste, d’autant plus facile à tenir qu’il n’engage à rien et qu'il ne sera jamais confronté à la réalité des faits. Il est dit avec la véhémence de ceux qui ne peuvent rien. C’est cette petite vertu qui rend l'extrême gauche si attractive, surtout chez les jeunes : elle est assez subversive pour donner envie et pas assez forte pour faire peur.

 

Mais ne serait-il pas temps de mettre de l’ordre au pays des soviets, et pourquoi pas d’ici 2017 d’épurer cette offre politique pour en proposer une vraie, unique et cohérente, pour que l'on comprenne enfin ce que cela signifie d'être plus à gauche que la gauche ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

One again 19/02/2012 16:43

Ca veut dire quoi que la gauche a "la véhémence de ceux qui ne peuvent rien"? Si elle était au pouvoir, elle aurait tout à fait les moyens de mettre en place ce qu'elle a prévu, et ça changerait
pas mal de choses.

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne