Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 23:10

« Un compromis fait un bon parapluie, mais un mauvais toit »

 

Robert LOWELL (1917-1977) – Poète américain et engagé par ses promesses

 

 

Parmi les innombrables couacs du gouvernement, les malheurs de Cécile sont en bonne place. La ministre du logement Cécile Duflot a vu un bon nombre de ses décisions recalées ces derniers jours. Il y avait le projet de taxation progressive de la consommation de gaz, invalidé par le Conseil constitutionnel. Il y a la loi de programmation sur l’énergie, rejetée par le Sénat. Il y aura le décret de réquisition forcée des logements vides, digne d’un régime communiste.

 

La gauche n’a pas du tout le bon logiciel pour affronter la crise. Elle est restée bloquée sur son programme des années 1980 qui datait déjà des années 1950. Elle croit aider les classes populaires à payer moins cher la facture de gaz en transvasant l’impôt progressif, or elle favorise les classes moyennes qui seules ont les moyens d’isoler leur logement pour en améliorer les performances énergétiques. C’est la gauche bête. Elle croit bien faire or c’est de la fausse vertu.

 

On ne rappellera pas l’indécence de ses promesses de campagne pour ne pas souligner le gouffre qui les sépare de la réalité. En obligeant les communes à faire 20% de logement social et les particuliers à faire occuper leurs baraques, elle aggrave le problème qui ne se résoudra pas par la simple vente des terrains de l’Etat. Avec la trêve hivernale qui légitime par la loi l’impayé et la taxe d’habitation qui augmente, elle prend la mauvaise direction sur la voie de la solution.

 

Invisible à l’œil nu, le recul de la politique du logement est pourtant bien réel malgré la volonté affichée d’attribuer à tous les SDF une bicoque cet hiver dans les logements vides des méchants bailleurs. On en baille presque tant un tel dispositif est à 100 kilomètres de faire une politique. Le logement est avant tout un marché avec une offre et une demande. Il faut donc augmenter l’offre en incitant les propriétaires à louer alors que la loi les en dissuade tant. Il faut donc arrêter de nourrir artificiellement la hausse des prix en reversant des aides aux loyers qui vont directement dans la poche du propriétaire. Mais la gauche ne loue pas de telles initiatives.

 

C’est troublant qu’un gouvernement accorde si peu d’intérêt à la question de la précarité alors qu’il s’en arroge tant le monopole. Mais il a tout raté en favorisant la construction de HLM et de grands ensembles. Le logement collectif social a divisé la ville en deux, entre des quartiers vivants à l’aise et des quartiers populaires à l’écart. Là aussi une réflexion bête puisque la gauche a cru résoudre la crise du logement en en construisant. Or les gens ne veulent pas seulement un toit et être à l’abri. Le toit n’est qu’un moyen de se mettre à l’abri, du besoin.

 

La droite préconise une politique du logement qui voit plus loin, plus haut et plus vrai. Elle considère que le logement ne suffit pas à lui seul et qu’il faut y ajouter des zones d’emploi et des espaces de loisir. L’habitat n’est rien sans les commerces, les transports et les services publics qui les entourent. Il faut mettre de la culture pour attirer les gens. Il faut créer des zones franches pour allier et concilier propriété privée et logement social. Il faut inciter les locataires à vivre à côté et ensemble pour introduire de la mixité dans les villes. Il faut sortir du cadre.

 

La droite préconise une politique de l’habitat qui soit moins dure, moins rude et moins bête. Il faut promouvoir le bâti durable et les techniques qui récupèrent la fraîcheur du dehors en été et conservent la chaleur du dedans en hiver. La climatisation et le chauffage sont les pires ennemis de l’environnement et du portefeuille. Mais la laine de verre a un prix pour les plus pauvres qui habitent les maisons les plus vieilles. Ils n’ont pas les moyens de rénover leur cheminée non conforme à la réglementation écologiste. Eux aussi méritent une trêve hivernale.

 

C’est le signal qu’a envoyé le PCF, minorité dans la majorité, en s’alliant à l’UMP au sénat pour repousser la loi de la ministre pénalisait sans même s’en apercevoir les pauvres néo-résidents qui venaient à peine de finir de payer leurs nuits d’hôtels dans la voiture. Les riches paieront moins car ils étaleront leur électricité entre la résidence principale et leurs résidences secondaires. Mais Cécile Duflot l’ignore, en ministre d’été plus que ministre d’Etat qu’elle est.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne