Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 13:59

« La monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité »

 

Michel ROCARD (1930) – Homme politique et fétichiste de la monnaie

 

L’euro semble enfin tiré d’affaire. Après les menaces d’éclatement de la zone euro suite à la crise grecque et les attaques sur les marchés financiers contre la monnaie unique, la sortie de crise semble l’avoir emporté sur la sortie de l’euro. La politique expansionniste de baisse des taux d’intérêts et d’injection de liquidités de la BCE de Mario Draghi y est sans doute pour quelque chose : c’était cette politique de bon sens que les allemands refusaient jusqu’alors au nom de leur orthodoxie monétaire.

Ce changement de stratégie a ainsi permis une baisse de la valeur de l’euro et une reprise des exportations. Ce n’est pas cela qui améliorera la balance commerciale structurellement déficitaire de la France, faute de compétitivité de ses entreprises. Mais c’est un progrès. C’est surtout une prise de conscience : il est impossible d’imposer un taux de change unique à 17 pays aux économies et aux intérêts si différents. La zone euro n’est décidément pas une zone monétaire optimale.

 

Elle ne profite qu’à ceux qui peuvent se passer d’une dévaluation, c’est-à-dire aux plus forts. C’est-à-dire à l’Allemagne, qui a érigé son excédent commercial mirifique sur la baisse des salaires de ses travailleurs et l’utilisation de la main d’œuvre bon marché des pays de l’Est. Il est alors plus facile de vendre à bas prix même avec un euro fort. Cette distorsion de concurrence et ce bas mercantilisme sont devenus insupportables pour les pays du Sud. Or la France ne fait rien, ne demande rien.

Elle a intériorisé sa perte de souveraineté économique, budgétaire aujourd’hui avec les remontrances répétées de la vertueuse Allemagne sur ses déficits et monétaire hier avec le renoncement au nom de l’idéologie européiste à battre monnaie et à contrôler la politique de la banque centrale. Résultat : le seul dérivatif à l’antique dévaluation sera la désinflation, c’est-à-dire la baisse du salaire des travailleurs, accompagnée d’une baisse des charges des entreprises et d’une hausse de la TVA.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne