Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 15:02

« Il faut avoir une parfaite conscience de ses limites, surtout si on veut les élargir »

 

Antonio GRAMSCI (1891-1937) – Philosophe italien et conscience limitée

 

Il n’y a plus que les journalistes naïfs pour se demander si l’UMP va faire alliance avec le FN aux prochaines élections régionales. La réponse est bien entendu non. Contrairement à son père, Marine Le Pen veut le pouvoir. Elle s’est juré de tuer la droite et l’UMP. Face à une telle déclaration de guerre, il n’y a pas de compromis ou de compromission possible. Il faut juste savoir comment gagner le match face au FN.

D’un côté, il y a la méthode socialiste version 2014. Le PS de Jean-Christophe Cambadélis a fait du combat contre le FN une affaire personnelle, à moins qu’il ne s’agisse seulement de faire monter artificiellement l’extrême droite pour nuire à la droite et espérer se retrouver en finale contre Marine Le Pen en 2017. La ficelle est trop grosse, déjà utilisée par François Mitterrand dans les années 1980 avec SOS Racisme. Pourtant elle marche avec les médias, qui ne cessent de comparer la situation d’aujourd’hui à celle des années 1930 et à la montée du fascisme. Misère de l’historicisme. Cette tactique de permettra pas de marquer beaucoup de points contre le FN, si ce n’est des points Godwin (le premier qui parle d’Hitler a gagné).

 

De l’autre, il y a la méthode socialiste version 1974. Celle du Programme commun de 1974 dont François Mitterrand avait juré devant le congrès de l’Internationale socialiste qu’elle lui permettrait de réduire à néant l’électorat communiste français. Et il y parvint. François Mitterrand avait passé une alliance avec le PCF de Georges Marchais pour l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle. Cette absence déshabitua les électeurs à voter communiste et ils se mirent à voter socialiste. La droite aurait pu s’en inspirer, du temps où elle avait à peu près les mêmes idées que l’extrême droite même si la fatwa médiatique bienpensante l’empêchait de le dire.

Ce temps est révolu. Le FN a tellement renouvelé son programme qu’il n’y a plus aucune relation possible avec la droite modérée républicaine. Il y aurait pu avoir une entente minimale sur le concept décrié mais si sensé de préférence nationale. Mais aujourd’hui le FN prône la sortie de l’euro comme seule voie de salut et défend un programme économique digne du Programme commun de la gauche des années 1970. Le match contre le FN se gagnera donc sur le vieil adage gramscien, et tant de gauche, notre chantier des prochains mois : « Le pouvoir se gagne par les idées ».

Partager cet article

17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 09:57

« Pour faire le blocus de Monaco, il suffit de deux panneaux de sens interdit »

 

Charles DE GAULLE (1890-1970) – Ancien président et faux monégasque

 

C’est le Général de Gaulle qui parlait de « portugalisation de la France » à propos du risque que notre pays soit marginalisé dans le concert des nations s’il n’arrivait pas à lutter dans la compétition économique mondiale. Déjà il avait pressenti que la France ne s’en sortirait que si elle favorisait la réussite de ses meilleurs éléments, et non la course à un égalitarisme effréné mâtiné de sentimentalisme compassionnel. Voilà ce qui nous tue : nous avons renoncé à l’ambition et à être les meilleurs.

Ces questions existentielles ne semblent pas affecter notre bon président. François Hollande est un personnage à mi-chemin entre René Coty et le Prince Albert : ses pouvoirs ne sont que symboliques et il aime tellement le Ice bucket challenge qu’il s’en fait quelques-uns de temps en temps pour ne pas perdre la main. C’est avec des présidents aussi nuls que lui que la France meurt tous les jours. Une véritable monacolisation de la France est en marche que rien ne semble pouvoir arrêter.

 

Comme Monaco, la France est devenu un petit pays dans l’océan mondial. Comme Monaco, la France ne compte que sur des secteurs de niche pour doper sa faible croissance. Comme Monaco, la France a un problème avec les impôts même si ce n’est pas le même. Comme le Prince Albert, François Hollande aime le foot au moins autant que la politique. Comme le Prince Albert, François Hollande a un physique ingrat et un crâne chauve. Comme le Prince Albert, François Hollande a une vie sentimentale compliquée. On a les modèles et motifs de comparaison qu’on peut.

Cela fait deux ans et demi que François Hollande est président et on commence à le connaitre un peu mieux. On a appris à le redécouvrir. Le monsieur petites blagues un peu obèse qui dirigeât pendant 11 ans le Parti socialiste est devenu un président grosses gaffes un peu balourd à qui il arrive un malheur par jour. On croit qu’il va craquer sous la pression. Il n’en est rien. Toute la pluie tombe sur lui, et il s’en fout. Cette insensibilité confine à une insoutenable légèreté de l’être. Malgré la lourdeur de sa charge, François Hollande continuera de manifester sa légèreté. Une coolitude qui ne va pas tarder à révolter les français, plus inquiets que lui pour leur avenir.

Partager cet article

16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 09:23

« L’Europe se substitue peu à peu à l’Amérique dans notre imaginaire »

 

Jérémy RIFKIN (1945) – Essayiste américain et toujours en projet

 

Après l’Europe qui crève, l’Europe de rêve ! Non pas tant celle des européistes d’une grande Europe unie sans frontières et avec une seule langue. Cette Europe est une utopie. Elle est condamnée à l’échec. Rêver d’une Europe unie, unique et unifiée, c’est nier les différences de cultures des peuples européens qui sont pourtant ses plus grandes richesses. L’Europe n’est l’Europe que parce qu’elle a la France et l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, le Royaume-Uni et la Pologne et même la Russie.

 

L’euro-béatitude reprend pourtant des forces malgré les nombreuses claques qu’elle a pris récemment dans les urnes. Valéry Giscard d’Estaing appelle à lutter contre l’Europe décadente par une nouvelle Europa, recentrée autour de ses douze États d’avant 1992. Jean-Pierre Chevènement note le déclin du continent depuis 1914 et appelle pour y remédier à une Europe gaullienne. Daniel Cohn-Bendit prône une intégration plus forte, notamment en matière de fiscalité et de défense, oubliant qu’il faudra d’abord réaliser la convergence entre les pays avant de les unir.

 

L’Europe a inventé la plupart des valeurs qui font aujourd’hui la fierté du monde : la démocratie, le christianisme, l’individualisme, le capitalisme. Mais à chaque fois les nations ont triomphé de l’Europe et pas l’inverse. La construction européenne s’est faite pour la paix et contre les nationalismes agressifs des peuples. Or jamais l’idée d’un empire européen fédéral ou d’une fédération d’États-nation à l’américaine ne s’est imposée. Les États-Unis sont les États-Unis et l’Europe est l’Europe.

 

L’Europe des patries : concessions, négociation et protection

 

L’Europe dont on rêve c’est une union d’États souverains qui renoncent ensemble à des prérogatives pour les confier à une institution supranationale qu’ils dirigent. C’est pourquoi il est insupportable que la commission de Bruxelles fasse la leçon à la France sur sa politique intérieure. Le pouvoir appartient aux gouvernements au sein du conseil européen. Pas aux technocrates de l’Union européenne. Chaque pays est libre d’entrer et de sortir. C’est valable pour Schengen comme pour l’euro.

 

L’Europe ne sera légitime que si elle incarne l’Europe des peuples, l’Europe des nations, l’Europe des patries. Une Europe dirigée par ses États qui ait un projet et des résultats et qui ne renonce pas au bonheur et à la protection de ses citoyens. Cette vision d’une Europe plus démocratique que technocratique devra réussir à concilier les intérêts de ses différents membres. Trois chantiers sont concernés.

 

Tout d’abord l’économie. L’Europe a besoin de croissance or tous ses pays ne sont pas au même niveau. Il ne faut pas imposer des règles d’en-haut depuis Bruxelles mais faire des concessions réciproques entre États responsables. L’harmonisation sociale demandée par la France ne se fera que si elle consent à une harmonisation fiscale. La rigueur budgétaire voulue par l’Allemagne ne se fera que si elle renonce à sa rigidité monétaire. Faire des compromis, c’est le début d’une Europe des patries.

 

Ensuite la diplomatie. L’Europe ne parle pas d’une seule voix car ses États ont des intérêts différents. Elle n’a pas de politique étrangère commune car il n’y a pas de concert des nations. Elles ne se parlent pas. La France part seule en guerre tandis que l’Allemagne se claquemure dans le silence. Il faut relancer la négociation pour parvenir à des positions communes, avec une France dont la voix porte davantage.

 

Enfin les frontières. L’Europe de Schengen est une avancée pour la circulation des biens, des capitaux et des personnes. Mais l’abolition des frontières intérieures a eu pour effet pervers le délitement des frontières extérieures. La France est victime de l’Europe passoire car le continent africain entre chez elle par manque de contrôle de ses partenaires. Pour préserver l’identité de chaque nation, il faudra donc accepter de rééquilibrer la liberté de circulation par la protection des frontières.

Partager cet article

À Propos De En Rase Campagne

  • : En rase campagne
  • En rase campagne
  • : La politique est toujours en campagne, CARBONE 12 aussi ! Lancé à 100 jours du 2e tour des élections présidentielles de 2012 pour redonner de la hauteur à un débat qui volait bas, EN RASE CAMPAGNE est un blog qui commente la vie politique française.
  • Contact

L'EMPREINTE CARBONE

Projet de loi de finances : se serrer la ceinture ou baisser son froc devant Bruxelles, telle est la question. 

 

Retrouvez tous les billets "L'empreinte carbone" 1 2 3 4 5 6 7 

AU RAS DES PÂQUERETTES

Poisson d'avril de Ségolène Royal : les autoroutes gratuites le week end. Mais qui peut contrôler ce qui se passe dans son cerveau ? 

 

Retrouvez tous les billets "Au ras des pâquerettes" 1 2 3 4

DU CARBONE DANS LA CERVELLE

Entre deux meetings, Nicolas Sarkozy recommence ses conférences grassement payées à l'étranger. Cela pourrait le desservir. 

 

Retrouvez tous les billets "Du carbone dans la cervelle" 1 2 3 4 

Les Idees De En Rase Campagne